Pourquoi certaines entreprises françaises n’arrivent pas à recruter ?

entreprises françaises ont du mal à recruter !

En octobre 2017 paraissait sans bruits une étude de l’INSEE surprenante. Après enquête l’organisme concluait que les entreprises françaises n’arrivent pas à recruter ! Alors même qu’elles ont des besoins d’embauche avérés, et que le taux de chômage atteignait lors de la publication 9,5% de la population. Pourquoi les entreprises françaises n’arrivent pas à recruter ?

Le premier critère invoqué n’est pas le coût à l’embauche contrairement à ce que l’on pourrait penser. Trouver chaussure à son pied n’est visiblement pas facile pour les sociétés ! Un manque de main d’oeuvre qualifiée qui étonne. Tout comme le taux d’entreprises en difficultés pour le recrutement qui surprend encore plus. 61% des entreprises estiment qu’elles sont en incapacité de mener une campagne de recrutement, comme elles le désireraient.

Difficultés de recrutement au sein des entreprises : certains secteurs sont plus touchés que d’autres

Certains secteurs souffrent davantage des difficultés à l’embauche. Ainsi, dans le bâtiment, 70% des entreprises ont du mal à recruter. Alors même que 80% des entreprises du bâtiment ont des besoins de main d’oeuvre qualifiée. Le pourcentage d’entreprises ayant des difficultés d’embauche passe à 57% dans l’industrie,et 47% dans le service. Les PME rencontrent sans surprise le plus de freins à l’embauche.

Mais pourquoi les entreprises se trouvent-elles dans l’impasse ? Elles ont répondu à cette question par :
-Un manque de main d’oeuvre compétente ( 32% des sondés)
-Une incertitude liée à l’évolution de la conjoncture économique ( 25%)
-Des coûts liés à l’emploi élevés (22%)
-La réglementation ( 17%)

Le manque de main d’oeuvre qualifiée est la première raison pour laquelle les entreprises françaises n’arrivent pas à recruter

Début 2017, le MEDEF estimait que 95.000 postes restaient non pourvus. D’après une étude du cabinet de conseil Korn Ferry, la France souffrira d’un déficit de 1,5 millions de salariés hautement qualifiés d’ici 2030. Le manque de main d’oeuvre qualifiée est le premier critère cité pour expliquer les difficultés d’embauche. Les secteurs du bâtiment, de l’industrie automobile et du transport routier sont particulièrement concernés.

Comment expliquer ce déficit de talents ? Pour l’économiste Eric Heyer interrogé par le Figaro, « la main-d’œuvre existe, elle n’est juste peut-être pas là où on en aurait besoin. Il faudrait aussi peut-être s’interroger sur l’attractivité de certains métiers. » La faute n’est donc pas forcément à une offre de formation de mauvaise qualité, mais à un manque d’intérêt.

Chauffeur routier, boucher, télévendeur, dessinateur en BTP… certains métiers ne font plus rêver. Prenons pour exemple le métier de boucher. En 2015, 625 offres d’emploi étaient publiées. 5% ont dû être retirées faute de candidats. A ces données fournies par l’Observatoire régional de l’emploi et de la formation Paca et Pôle Emploi, s’ajoutent plusieurs constats : un faible volume de formés, des professionnels vieillissants, et une main d’oeuvre à forte rotation.

entreprises françaises n'arrivent pas à recruter

La faute aux études ?

Alors que certains secteurs peinent à recruter, d’autres sont complètement saturés. Les emplois, et par extension les parcours scolaires empruntés, recherchés par les étudiants ne sont pas toujours les plus porteurs. Un constat pas récent puisque le site JobTeaser remarquait déjà ce décalage en comparant les offres publiées, et le nombre d’inscrits sur certaines filières entre novembre 2014 et octobre 2015.

Ainsi, par exemple, les jeunes ingénieurs se lançaient dans les fonctions Physique / Matériaux / Energétique, alors que le marché était en quête lui de développeurs informatique. Même problématique du côté des profils ESC, avec des étudiants se lançant majoritairement dans le luxe, alors que le SSII/informatique recrutait davantage.48,8% s’intéressaient de la même manière à la Distribution, alors que de telles offres ne représentaient que 4,4% des offres d’emploi.

Pourquoi les entreprises françaises n’arrivent pas à recruter ? Dans la balance nous avons donc des métiers jugés peu sexy, et d’autres qui font un peu trop rêver. Moralité, certaines entreprises peinent à recruter pendant que d’autres ont trop de concurrents. Du moins parmi les arguments cités.

Faut-il imposer une sélection à l’Université ?

En voilà un sujet délicat. Faut-il imposer une sélection à l’Université pour mieux réguler le marché du travail ? Un sujet qui fait débat depuis plusieurs années déjà. Les pour estiment que c’est la meilleure solution pour ajuster la demande à l’offre. Les contre invoquent la liberté ! Le gouvernement Macron avait proposé la conception de parcours professionnalisant court.

La Ministre Frédérique Vidal a quant à elle annoncé la création de 10.000 places supplémentaires à l’Université en 2018/2019. Un effort qui sera fait en priorité dans les IUT, et pour les secteurs où la demande est croissante.

Vous aimez ? Partagez !