Paroles de DRH : Aline Briand – Le François – Responsable de l’agence R Interim de Lannion

Interview R Interim

 R Intérim (Régional Intérim) est une entreprise d’intérim fondée à Rennes, en 2003, qui dispose aujourd’hui de plus de soixante-dix agences en France parmi lesquelles huit se trouvent dans les Côtes d’Armor, dont celle de Lannion spécialisée dans les secteurs du BTP, de l’industrie, du tertiaire, du médical, de l’hôtellerie-restauration et du transport logistique.

Aline Briand – Le François est la directrice de cette agence de Lannion depuis neuf ans. Poste qu’elle n’aurait d’ailleurs jamais pensé occuper un jour, elle qui fut respectivement prothésiste-dentaire, assistante commerciale et conducteur de travaux. Lors de l’open job organisée par les associés de Job Impact, le mercredi 15 juin, elle était accompagnée de Vic-Vivien N’Dri, salarié en alternance de l’agence actuellement étudiant en vue de l’obtention d’une Licence Ressources Humaines.

“Nous recrutons pour au moins 6 mois en CDD CDI ou alternance ! Notre spécificité est de suivre et de former le candidat.”

Pour Aline Briand – Le François, et Vic-Vivien N’Dri, les principaux enjeux du recrutement sont de trouver et d’évaluer les profils et compétences disponibles sur le marché du travail. 

Ce sont des enjeux très importants pour eux, agences d’intérim et pour leurs clients qui recherchent certaines compétences difficiles à trouver. La pénurie des candidats représente actuellement un enjeu prépondérant. En effet, le recrutement aujourd’hui est tendu et certains profils ou compétences peinent à être trouvés, faute d’un manque de profils intéressants ou bien des talents déjà embauchés. Pour une agence de travail temporaire, les recrutements en tension (ou recrutement pénurique) sont devenus une norme au fil des années. De plus, on estime que 20% des offres d’emploi attirent moins de 10 candidats. Certains secteurs ont donc du mal à attirer des candidats qualifiés et sont en manque de candidatures. 

Concernant les difficultés de recrutement : “le désajustement entre l’offre et la demande, en particulier lorsque les revenus de remplacement (chômage et minima sociaux) sont trop peu incitatifs à la reprise d’emploi relativement aux salaires versés par les entreprises. Ensuite, il y a l’insuffisance de mobilité de nos jeunes. De plus, l’une des difficultés majeures est le nombre trop faible de personnes formées aux métiers qui recrutent et le fait que les conditions de travail ou de salaire soient trop dégradées pour attirer des candidats. Enfin, l’autre problème qu’on peut avoir est dû aux désajustements temporels, lorsque les employeurs renouvellent fortement leur main-d’œuvre et que les entreprises se retrouvent en concurrence entre elles parce qu’elles cherchent à recruter les mêmes demandeurs d’emploi.”


Enfin, pour partager une astuce de recrutement, pour Aline Briand – Le François, et Vic-Vivien N’Dri :
“Soyez vous-mêmes ! Osez ! Allez à la rencontre de vos futurs employeurs !”

 

Interview réalisée par Alain Pouteau du service communication de l’Entreprise Ephémère Jobs en Nord.