Peut-on toucher le chômage avec un licenciement économique ?

Pour le commun des mortels, le travail fait partie des éléments favorisant l’épanouissement de l’individu. Il permet au travailleur de subvenir à ses besoins fondamentaux et lui confère une intégrité sociale. Cependant, il arrive des moments où ce dernier se retrouve privé d’un emploi et en vient à se demander s’il existe une certaine possibilité d’aide. C’est ainsi que la question des allocations de chômage en cas de licenciement économique se pose. Peut-on toucher le chômage dans ce cas ? Voici des éléments de réponses !

Ce que dit la loi

Un salarié licencié pour raison économique n’est pas responsable de l’arrêt de son contrat de travail. Il a donc le droit de bénéficier des allocations de chômage. Elles sont désignées par l’expression allocation au retour à l’emploi (ARE). Comme son nom l’indique, elles permettent à l’individu de subvenir à ses besoins jusqu’à l’obtention d’un nouvel emploi.

Le salarié se trouvant dans le cas d’un licenciement économique est indemnisé après un délai de 7 jours. Cela permet de calculer toutes ses indemnités économiques et de régler les formalités administratives autour de son cas. Le différé d’indemnisation englobe les congés payés ainsi que toutes les indemnités liées à la rupture du contrat du salarié. Il est limité à 75 jours.

Les conditions pour toucher le chômage

On distingue généralement deux conditions pour percevoir les allocations de chômage. Il s’agit des cas de perte involontaire d’emploi et de rupture conventionnelle ainsi que de durée d’affiliation.

Perte involontaire d’emploi et rupture conventionnelle

L’individu ayant perdu son travail pour motif économique de l’entreprise n’est en aucun cas responsable de son licenciement. Il est donc subventionné jusqu’à ce qu’il ne retrouve un autre emploi. Cela est aussi appliqué lorsque son contrat à durée déterminée prend fin sans renouvellement et en cas de démission pour motif légitime.

Durée d’affiliation suffisante

Pour toucher le chômage, il faudrait que vous ayez effectué un minimum de temps de travail. Ainsi, le salarié qui effectue une durée minimum de 6 mois de travail bénéficie de l’allocation de retour à l’emploi. Cela équivaut à 910 heures de travail. La période prise en compte pour déterminer le travail minimum est celle des 24 mois précédant la date de fin du contrat de travail. Elle varie en fonction du profil du salarié. Chez les personnes de plus de 53 ans, la durée de référence est de 36 mois.

Les démarches à suivre pour toucher le chômage

Le salarié licencié pour raison économique devra s’inscrire à Pôle emploi en tant que demandeur d’emploi et actualiser régulièrement son profil afin de bénéficier des allocations de chômage. L’inscription doit se faire dans les 12 mois suivant son licenciement. Ce délai peut être prolongé dans le cas où l’intéressé se retrouve en situation de congé maladie ou d’éducation parentale.

Même dans cette situation, vous pouvez effectuer la préinscription sur le site de Pôle emploi ou par téléphone. Vous obtiendrez ainsi un dossier de demande d’inscription et un rendez-vous dans une agence Pôle emploi. Le jour du rendez-vous, il est important de se munir des pièces suivantes :

  • le formulaire d’inscription renseigné ;
  • la carte de sécurité sociale;
  • votre pièce d’identité valide ;
  • un RIB.

L’allocation de chômage peut être retardée lorsqu’il existe des congés payés non pris votre dossier. Suite à tout cela il est indispensable d’actualiser son profil pour rester inscrit dans l’agence. À cet effet, vous devez suivre les consignes de votre conseiller.

A lire également

Vous aimerez aussi...

Quand reprendre le travail après un burn out ?

Revenir au travail après un burn-out n’est pas une décision simple à prendre. Afin de vous remettre de l’épuisement professionnel, vous devez vous guérir du poids allostatique (les symptômes de